Gaspillage: Phénix fait son beurre avec les invendus alimentaires

Comment réduire le gaspillage alimentaire, à l’heure où le nombre de personnes défavorisées ne cesse d’augmenter? La société Phénix s’est penchée sur la question: depuis 2014, elle met en relation des supermarchés et des associations caritatives. En trois ans, sept millions de repas ont ainsi pu être distribués. De l’invendu au don, Phénix est un bel exemple d’économie circulaire… et solidaire.

Jean Moreau, co-fondateur et président de Phénix, nous explique la genèse, le fonctionnement et les projets de Phénix.

Un gaspillage inacceptable

Le point de départ de Phénix tient en quelques chiffres:

Bref, un énorme gâchis auquel Jean Moreau et Baptiste Corval ont tenté de remédier. Ils se sont associés, en 2014, pour créer Phénix. Aujourd’hui, l’entreprise est présente dans 15 villes et a des antennes au Danemark, en Espagne et au Portugal.

L’économie solidaire peut être créatrice d’emplois. La preuve? Au bout de trois années d’existence, Phénix emploie 72 personnes et espère passer la barre de la centaine à la fin 2017. Une croissance soutenue face à un besoin réel.

Un cadre législatif favorable

A ce jour, l’entreprise travaille avec un réseau de 500 supermarchés partenaires. A la clé, un crédit d’impôt.

En effet, si les grandes surfaces sont contraintes de lutter contre le gaspillage (loi contre le gaspillage alimentaire promulguée le 11 février 2016), elles en tirent un bénéfice. Elles peuvent défiscaliser jusqu’à 60% de la valeur en stock des produits donnés.

Phénix aborde aussi l’événementiel, en récupérant des denrées non consommés lors de festivals, lors de matchs de football, etc. Via une plateforme numérique innovante, les employés de Phénix redistribuent ensuite le fruit de leur collecte auprès des associations de solidarité.

Prochaine étape? les deux associés s’intéressent de près à la restauration collective. Dans leur viseur, les plateaux-repas des prisons, des établissements scolaires, des hôpitaux. Et ils voient juste, car la grande distribution ne représente que 5% du gaspillage alimentaire.

Plus d’infos: Phénix sera présent au Nantes Food Forum des solutions #2, dimanche 4 juin 2017. Ateliers rencontres « Zéro gaspillage, on fait comment? » 

Site internet: www.wearephenix.com

Voir toutes
les actualités